Exercices français en ligne- Online French exercises

Pour compléter nos cours de français, Accent Français propose des exercices de français en ligne gratuits complémentaires

Article sur Montpellier d'un site Canadien

Article de Marie-Hélène Verville ( www.citesnouvelles.com)

 

Place aux piétons à Montpellier

 

 Avec la construction de deux nouvelles lignes de tramway, l'Agglomération de Montpellier, dans le sud de la France, incite ses habitants à utiliser les transports en commun. Une politique qui s'adresse autant aux urbains qu'aux banlieusards qui travaillent en ville.

Lundi matin, sur la Place de la Comédie. Les travailleurs marchent, attendent le tramway, ou l'autobus. Dans ce coeur du centre-ville montpellierain, pas un seul bruit de klaxon ne vient perturber le flot des piétons, et pour cause: le centre-ville est fermé aux voitures depuis les années 80. Une ligne de tramway sur rail traverse Montpellier depuis 2000. Pour la ville méditerranéenne, le tram a déjà changé le visage de la cité, et près de 130 000 voyages sont effectués chaque jour.
D'autres trams
Le succès est tel que deux lignes supplémentaires, une prévue pour la fin 2006 et l'autre pour 2011, relieront les banlieues à la ville. Montpellier et ses banlieues comptent plus de 400 000 habitants. «Grâce à ce réseau de transport en commun, nous voulons créer une unité à travers le grand Montpellier», explique le président délégué de la Commission Tramway, Transports, Déplacements à l'Agglomération Montpellier, Robert Subra.
Pour l'instant, l'Agglomération a installé des stationnements incitatifs aux portes de la ville. «Ces places coûtent trois euros par jour. Par contre, tous les passagers des voitures reçoivent un billet aller-retour gratuitement, peu importe le nombre de gens qui voyagent dans l'auto», affirme Robert Subra. L'idée est bonne, mais voilà, tous les usagers pourvus de voitures vous le diront: il manque de places!
Tramway ligne 1
Près de 1 500 nouveaux résidants viennent s'établir dans Montpellier et ses banlieues chaque mois. C'est une ville universitaire et une destination touristique achalandée. Avec son centre-ville piétonnier et ses petites rues, Montpellier est un enfer pour les adeptes de voitures! «Le tracé du centre de la ville date de l'époque médiévale. Nous n'avons pas le choix d'inciter les gens à laisser la voiture aux portes de la cité. Avec les bouchons de circulation, les gens des banlieues ont tout intérêt à utiliser les transports», explique Robert Subra.
Pas le paradis pour tous
Autour des rails, les commerces fleurissent, des quartiers se revitalisent... et les loyers montent. Aussi, si les résidants du quartier acceptent avec joie le nouveau tram, les habitants de la rue même du tracé ne sont pas toujours heureux de ce chamboulement. Sans compter les désagréments liés à la construction. Certains quartiers, qualifiés de «pourris» par les gens de l'Agglomération, ont même été rasés.
Tramway ligne 2
Des espaces verts ont aussi été détruits lors de la construction, fait remarquer le conseiller municipal de la ville de Montpellier et membre de l'opposition, Arnaud Julien. Selon ses chiffres, le pourcentage d'usagers des transports serait le même qu'avant le tram, soit environ 17%. Son parti, en mode pré-électoral, fait tout de même miroiter la possiblité d'un tramway gratuit pour tous. En attendant, les gens de l'Agglomération rêvent: «Un jour, le tram se rendra jusqu'à la mer», croit Robert Subra.
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :